maison-ecologique .com
 
les énergies renouvelables dans l'habitat

 

Accueil

panneaux photovoltaiques

chauffage solaire

solaire thermique & gaz

économies d'énergie dans l'habitat

Ampoules Led

THPE

Puits canadien

Puits de lumière

PAC Géothermique

Plancher chauffant

Isolation

Services

devis

Alma Solar

Plomberie

 

La paille et ses différents usages

 

La paille se présente comme un “ensemble de tiges de céréales coupées et dépouillées de leur grain, servant à différents usages”. Si les expressions populaires qui réfèrent à la paille ne sont pas élogieuses (“être sur la paille”, “mourir sur la paille”, “mettre quelqu’un sur la paille”, etc), laissant entendre que ce matériau est la dernière chose que l’on possède quand on est ruiné, un domaine tend à redorer le blason de ce produit autrefois apprécié. En effet, la paille connait un succès croissant sur le marché de la construction de logements, notamment pour ce qui est des projets d’auto-construction. Alors, quelles sont les qualités de la paille ? Comment ce matériau peut-il servir à construire un domicile qui soit écologique ? Exemples en région.

dépannage plombier paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les caractéristiques de la paille

Le ministère de l’Agriculture a récemment annoncé le lancement d’un plan d’actions en faveur de “l’économie du vivant”. Il s’agit d’un type d’économie qui permet de produire de l’énergie à partir de la biomasse - matière organique d'origine végétale, animale, bactérienne ou fongique - ou à partir de la valorisation des déchets issus de l’agriculture (“déchets organiques” de type bois ou déjections, “déchets issus de l’entretien du matériel” comme les piles ou les huiles, “déchets banals” tels que les sacs en plastique ou le carton et enfin “déchets dangereux” comme les emballages vides de produits phytosanitaires).

Dans ce contexte, la filière émergente de valorisation des fibres et des coproduits végétaux se voit stimulée par l’État, pailles de lin et de chanvre en tête. En effet, de nos jours, la paille a su démontrer son intérêt à divers égards. Tour à tour agro-combustible et ingrédient pour la méthanisation, elle sait aussi se faire matériau isolant au service des bâtiments.

La paille, isolant naturel

Selon une étude réalisée par L’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France (IAU), la paille serait faiblement valorisée, à tout le moins quantitativement. En effet, ce sont moins de 5.000 tonnes de paille qui sont actuellement produites à l’échelle nationale. Il s’agit donc d’une filière qui est, pour l’heure, très artisanale.

“Ce marché encore limité connaît néanmoins un engouement croissant grâce à la publication des règles professionnelles en 2012 et la structuration du Collect'if Paille”.
La paille : Concurrences et complémentarités des usages du gisement agricole en Île-de-France, étude publiée le 6 février 2018.

En dépit de cette faible production, la paille constitue un produit d’avenir, qui non seulement ne connaît pas la crise mais qui, de plus, progresse chaque année de 5 à 10%. Cependant, bien que la paille se soit hissée au rang de matériau commercialisé dans les circuits classiques de négoce, elle fait toujours face à des préjugés aussi infondés que tenaces :

  • non-résistance au feu,
  • manque de disponibilité en contexte urbain,
  • faible formation des professionnels.

En réalité, la paille permet de réaliser des constructions de qualité, qui ont la caractéristique d’être aussi bien durables, qu’économiques et écologiques, tout en valorisant les emplois locaux et les circuits courts de production. En outre, les performances de la botte de paille sont multiples :

  • fort pouvoir isolant aussi bien thermiquement que phoniquement,
  • matériau sain (classement COV A+),
  • stockage de carbone et durabilité.

Enfin, la paille, contrairement à une majorité de produits utilisés dans le secteur du bâtiment, ne diffuse aucune fibre irritante ni aucun composé toxique préjudiciables aux occupants du domicile (risque d’allergies).

LE SAVIEZ-VOUS ?
Au Moyen-Age déjà, la paille servait à recouvrir le sol des églises et des écoles. À l’époque, dans les chambres des Hommes les plus pauvres, on dormait effectivement sur une “paillasse”, c’est-à-dire, une enveloppe de toile couverte de paille ou de fougères séchées. Les qualités isolantes de la paille été donc reconnues. Aussi, cette dernière servait à protéger le corps des rudesses du sol hivernal.

La maison de paille en France

Souvent vue comme un moyen alternatif de construction, la paille se présente comme le matériau écologique par excellence. Née aux États-Unis, dans l’État du Nebraska, la maison faite de paille date des années 1870.

Sur le territoire français, il faudra attendre les années 1920 pour que la première maison de paille, la “maison Feuillette”, ne voit le jour dans la ville de Montargis. Son inventeur, un ingénieur du nom d’Émile Feuillette avait imaginé cette technique pour reconstruire les logements après guerre. Toujours debout, cette construction avant-gardiste se compose de ballots de paille fixés sur une ossature de bois. Sur le site de la Maison Feuillette, en procédure de rachat par le Réseau Français de la Construction de Paille (RFCP), le Centre national de la construction en paille prévoit d’agrandir l’édifice existant, de construire des bureaux à énergie positive (qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment) ainsi que des logements passifs issus de chantiers participatifs. Selon le média Conso Globe, ce serait 100 à 400 maisons de paille qui seraient actuellement présentes en France. Cette nouvelle forme de bâti se présente comme un moyen de devenir propriétaire en dépit de l’envolée des prix de l’immobilier.

COMBIEN ÇA COÛTE ?
Pour une construction respectant la réglementation thermique 2012 (RT2012), comptez entre 800 et 1.000€ par mètre carré (hors d'eau / hors d'air) ; Pour une construction passive, comptez entre 1.000 et 1.200€ par mètre carré (hors d'eau / hors d'air).
Données communiquées par l’entreprise sarthoise Isopaille.

Exemples en région

À Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques (64), l’initiative d’un couple est sur le point de transformer un quartier entier. En effet, après avoir construit leur maison uniquement à partir de matériaux comme la paille, la terre et le bois, les Palois envisagent de monter un chantier participatif afin de réaliser un écoquartier.

Dans la région nantaise, à Joué-sur-Loire (44), c’est une association qui a donné l’impulsion. En effet, Approche Paille réunit des novices pour en faire des experts de la construction de paille. Si vous vivez en Loire-Atlantique et que vous souhaitez construire un logement neuf d’un nouveau genre, vous pouvez vous joindre à ce type de formations qui vous apprendra notamment la technique du Greb. En provenance du Canada, elle allie une structure de bois à des bottes de paille et un enduit coulé.

Déjà en 2014, la région des Pays de la Loire se présentait comme une pionnière en matière de construction en paille. À Couëron, commune située à 16km à l’ouest de Nantes, un couple a réalisé l’exploit de construire entièrement sa maison avec un budget de 339.000€. Pour y parvenir, Damien et Morgane se sont appuyés sur les qualités de la paille : elle leur a permis d’isoler tous les murs de leur maison pour la somme de 800€.

“On veut vraiment dire aux gens que ce n’est réservé ni aux hippies, ni aux autoconstructeurs, ni au milieu rural”.
Propos recueillis par Rue89 dans l’article “Une maison en paille : 339.000 euros et de l’huile de coude”, publié le 15 juillet 2014.


 
Maison-ecologique.net        |      Mentions légales       |      Contact
Copyright © 2007-2011 Maisonecologique.com
Réalisation : Renouvelable.com